Association pour la Cohérence Environnementale en ViennE
Penser globalement, agir localement



Accueil > Ecohabitat > Types d’habitat neuf > Maison bioclimatique

Maison bioclimatique

MAISON BIOCLIMATIQUE

Eléments de références de base d’une maison bioclimatique :

1- Maison compacte
2- Orientation plein sud et zone tampon au nord
3- Isolation : 150 à 220 mm et +
4- Energies renouvelables : solaires , bois…
5- Matériaux non polluants
6- Récupérateur d’eau de pluie
7- Economies d’énergie



Maison compacte : les déperditions de chaleur sont beaucoup moins importantes.

Orientation plein sud = captage maximum du rayonnement solaire dans les pièces de vie.
Zone tampon : cellier nord et garage ouest protégent la maison.

Panneaux solaires thermiques

  •  fournissent l’eau chaude sanitaire
  •  préchauffent les eaux du lave linge et du lave vaisselle

    Véranda intégrée, protégée et naturellement ventilable

  •  pour bénéficier du soleil d’hiver (15 à 20 % d’économie d’énergie)
  •  pour se protéger de la chaleur estivale











    Poêle à inertie : murs de briques en terre crue
    pour stocker puis restituer la chaleur
    pour réguler l’hygrométrie



    La recette d’Alain et Anita pour leur maison en ossature bois bioclimatique


    Pour construire une maison comme la nôtre, la recette est simple :

  •  On prend au départ quelques bons bouquins,
  •  On fait un petit tour en Scandinavie pour se convaincre que l’ossature bois est un procédé parfaitement éprouvé, particulièrement là où les conditions climatiques sont les plus rudes.
  •  On réfléchit à la manière de diminuer le pouvoir de la « technologie » dans la construction, A partir de là, on recherche de par le monde des solutions simples et éprouvées.
  •  On commence par le plus facile et le plus important : on oriente sa façade plein Sud… même si ça ne l’aligne pas avec celle des voisins. On ouvre largement la structure vers le soleil, comme une sorte d’entonnoir à lumière, en prenant toutefois quelques précautions pour éviter la surchauffe en été. On dispose avec soin des volumes-tampons au Nord, à l’Ouest, à l’Est Sans débourser un sou de plus, on se retrouve ainsi avec un espace particulièrement agréable à vivre, doublé d’une machine thermique passive très économique et d’une efficacité étonnante.
  •  Comme dans le tipi indien, toute la vie tourne et s’organise autour du feu central.
  •  Pour les matériaux, partout dans le monde, les techniques anciennes nous montrent qu’avec la terre crue, on monte des murs sains, beaux, procurant une grande inertie thermique ainsi qu’une importante absorption de la vapeur d’eau (d’où très peu de condensation).
  •  Pour le chauffage, les pays d’Europe centrale et nordique ont depuis longtemps éprouvé le poêle de masse. Alors on a envie de combiner les deux : un poêle à bois norvégien au coeur de 4 tonnes de briques crues sera l’unique source de chauffage de nos 200 m2.
  •  On peut avoir envie d’aller plus loin dans l’inertie thermique. F.Tanguay nous rappelle les Thermes romains antiques chauffés par hypocauste. On étalera donc 30 tonnes de galets de granit sous la dalle de sol, dans lesquelles passeront quelques boucles de tuyaux perforés, où un petit ventilateur fera circuler de l’air chaud récupéré autour du poêle.
    Du soleil, du bois, de la terre, un bout de jardin et la rivière, la forêt toute proche, et, avec l’aide précieuse des amis d’un jour ou de toujours, on découvre qu’il peut y avoir adéquation harmonieuse entre une recherche de confort et de bien-être familial, et un souci de sortir du « prêt-à-habiter » standard. C’est aussi se donner la possibilité de s’intégrer au quotidien dans le cycle des saisons et des éléments de la Nature. Ce qui prouve, s’il en était besoin, que définir son projet de maison, c’est définir sa vie, comme il est vrai que construire sa maison, c’est un peu se construire.