Association pour la Cohérence Environnementale en ViennE
Penser globalement, agir localement



Accueil > Ecohabitat > Types d’habitat neuf > La maison autonome

La maison autonome


Un pari audacieux : une maison entièrement autonome en eau et en électricité, pratiquement en chauffage et, pour une grande part, en nourriture !


Soleil et vent

Aucune connexion au réseau EDF !
Dès le démarrage du chantier, un panneau mobile de capteurs photovoltaïques satisfait les besoins des entreprises et les besoins de propriétaire-bricoleur, le couple campant sur place. Il fait appel à des professionnels pour les fondations, l’ossature bois, la charpente, la couverture et une partie de l’installation de chauffage. Tout le reste a été fait avec sa femme, en deux mois !
Ce panneau mobile est toujours en place. Il tourne sur un axe pour trouver la meilleure orientation possible en fonction du soleil. Au sol, des marques indiquent les différentes heures correspondantes aux solstices d’été et d’hiver ; l’ajustement précis est ensuite possible en alignant une raie de lumière sur l’un des axes du panneau. C’est tout simple ! Le système a été automatisé : « En été, on double la production en l’orientant exactement dans l’axe du soleil l’automatisation est donc intéressante. »
Ce panneau, relayé par une autre série de capteurs posés sur la toiture du garage, alimente 3 jeux de batteries, montés en série et cumulant chacun 24 volts. Avec ses deux panneaux de photopiles de 800 watts chacun, le solaire apporte 3/4 de la production d’électricité.
Parfaitement complémentaire, l’éolienne (d’une puissance de 1000 watts) apporte le reste de la produc-tion, essentiellement l’hiver, lorsque le soleil se fait plus rare. Il arrive fréquemment que l’installation produise trop d’électricité, électricité malheureuse-ment. perdue !
L’ensemble du système permet ainsi de stocker l’électricité nécessaire à la maison pour 5 jours. « Un groupe de secours nous permet d’être tranquilles mais jusqu’ici il n’a jamais servi ! . »

Electricité multi-source… Panneaux solaires thermiques


La maison est équipée de tout l’équipement électroménager et tout l’outillage d’un atelier et d’un jardin que l’on trouve dans une maison classique.Toutes les lampes de la maison sont à basse consommation, dans le jardin, ce sont des lampes solaires.

Plancher chauffant

Pour se chauffer, un chauffage au sol solaire et un appoint au bois par insert (1 corde de bois par an) qui est allumé en complément dès que l’eau des cuves descend en dessous de 20°. L’eau chaude sanitaire est aussi chauffée par l’échangeur des capteurs, avant de passer dans un chauffe-eau à gaz, alimenté par une citerne enterrée. Cette énergie est utilisée en appoint 6 mois par an et alimente aussi une gazinière l’hiver.
Bien orientée et bien ventilée, la véranda de 22 m2 participe pour beaucoup au chauffage de la maison. L’été, des stores empêchent la véranda de surchauffer.
Maison autonome

L’eau, la vie

Toujours dans cette optique d’autonomie, l’eau est pompée à 23 m de profondeur. L’eau puisée dans la source est à 13°, une fraîcheur qui a inspiré Jacques pour la réalisation d’un radiateur rafraîchissant, une sorte de climatisation naturelle… Une cuve de récupération d’eau de pluie permet l’alimentation en eau du jardin.

La maison

La maison a été dessinée par l’architecte Yannis Vellis : stucture en ossature bois, isolation réalisée en laine de verre, elle est de 120 mm pour les murs et 320 mm pour les plafonds. (en 1997, peu d’info sur les isolants sains…)

Le matériel et le coût

Aucune subvention ni aucun crédit d’impôts ! Par contre, l’ADEME s’est révélée être une excellente source d’adresses. Sachant que toute l’installation a été faite par les propriétaires, le surcoût lié à l’équipement de la maison (forage pour l’eau, installation solaire, photopiles…) est de l’ordre de 33.500 euros, ceci ne comprend pas le plancher basse température qui aurait de toutes façons été posé.
On peut considérer qu’en une douzaine d’années, l’investissement initial aura été amorti..

Un potager bio


Tant par logique d’autonomie que par volonté de manger sain, un maximum de nourriture est issue du jardin potager bio.

Gwenola DOARÉ
(1) Extrait de l’article publié dans Habitat Naturel n° 01 -www.habitatnaturel.fr