Association pour la Cohérence Environnementale en ViennE
Penser globalement, agir localement



Accueil > Ecohabitat > Exemples de rénovation > Ecorénovation de logements sociaux

Ecorénovation de logements sociaux


Voici deux exemples de rénovation de logements sociaux :
l’un en Allemagne, l’autre en Poitou Charentes

La notion de « facteur 4 » est bien connue, largement relayée par de nombreux organismes pour insister sur la nécessité de diviser par 4 nos consommations d’énergie.
Mais « Faktor 10 » ? C’est le nom d’un bureau d’études de Darmstadt en Allemagne, situé à une cinquantaine de km au sud de Francfort, en Allemagne. Créé il y a une dizaine d’années par un ingénieur, Folkmer RASCH et une architecte, Petra GRENZ, il est réputé pour les rénovations
réalisées ces dernières années, notamment au niveau de bâtiments sociaux.


Les raisons pour lesquelles, selon eux, il faut rénover rapidement et de manière très efficace ces logements, sont au nombre de 3 :
1- D’abord, il s’agit de réduire les charges du logement social, qui vont parfois jusqu’à représenter un deuxième loyer, alors que le prix de l’énergie ne va cesser de croître.
Il s’agit de rénover de manière efficace tout de suite, en utilisant uniquement les énergies renouvelables pour répondre aux besoins réduits d’énergie ;
2- Ensuite, il est urgent de réduire les Gaz à Effet de Serre de manière drastique dans un avenir proche : de 30 à 40 % d’ici 2020, puis d’au moins 80 % d’ici 2050 ! ;
3- Et aux arguments économique et écologique, s’ajoute celui de la santé, car l’utilisation de matériaux de construction et de décoration non polluants accroît le confort intérieur et préserve la santé des habitants.

HLM rénové
Les HLM allemands ressemblent étrangement aux nôtres. Trois
d’entre eux, situés Rotlintstrasse à Francfort, datent des années 50.
Avant les travaux intérieurs et extérieurs, les locataires sont installés
pour une durée de 6 mois dans les 10 % de logements vides du parc HLM avant de se réinstaller dans leur logement rénové, s’ils le
souhaitent.

Puis commencent les travaux d’isolation, par l’extérieur bien sûr, pour éviter les ponts thermiques ; on appose donc sur les murs une structure en bois préfabriquée, composée de « coffres », sur lesquels on pose des plaques OSB (panneaux de fibres de bois résineux, sans colle) avant d’y insuffler de la ouate de cellulose sur une épaisseur de
20 cm (U : 1,3), qui procure une bonne isolation thermique et phonique. Puis la façade est crépie. Le tout pour un coût de 109 € au m2.
Le plafond des caves est également isolé avec 30 cm d’ouate de cellulose, ainsi que les murs intérieurs et extérieurs sur une hauteur de 50 cm, afin d’éviter tout pont thermique.
Les ouvertures, fixées dans la partie « isolation » et non pas à la place d’origine pour ne pas réduire l’éclairage naturel du logement, sont choisies avec du triple vitrage, bien sûr.
Et comme dans tous les bâtiments qui répondent aux normes de la Maison Passive, on y installe une VMC double flux, qui permet de réchauffer l’air entrant grâce à la chaleur de l’air sortant, au niveau d’un
échangeur. Plus besoin de chauffage, sauf occasionnellement, par grands froids, à l’aide d’un générateur collectif qui fonctionne avec de l’huile de colza.
chantier hlm allemagne
Afin de réduire encore les besoins d’énergie, des panneaux
solaires thermiques collectifs chauffent l’eau sanitaire
qui circule dans des conduits très bien isolés, sur lesquels on a, de plus, installé un diaphragme « antilégionnelle », permettant de ne chauffer l’eau
qu’à 48°.
Tous les logements sont ensuite équipés d’ampoules basse consommation, d’une armoire sèche-linge branchée sur la VMC double-flux dans la salle de bains (énergie gratuite !) et d’un système mettant tous les appareils en veille lorsqu’on éteint la lumière du salon.
Il arrive même (ce qui n’est pas le cas ici) d’accoller des balcons à la façade, évitant ainsi tout pont thermique, ce qui ajoute un confort non négligeable au logement.

Mais comment les gérants de ces logements sociaux vont-ils pouvoir financer ces travaux en augmentant très peu les loyers ? En installant sur le toit en terrasse, (très bien isolé également !) des maisons d’habitation en ossature bois, très demandées, qui disposent de jardins
et d’espaces ouverts, dont le loyer élevé permettra d’amortir plus rapidement les investissements. Il fallait y penser !

L’entreprise ABG Frankfurt Holding a ainsi transformé une épave thermique (220 kwh/m2/an de chauffage) en un immeuble aux normes de la Maison Passive (c’est-à-dire 15 kwh/m2/an de chauffage), qui est
aussi une maison ZERO Emission de CO2.

Le « facteur 10 » a donc largement été respecté !
Et si vous êtes sceptiques, je vous y emmène dans le cadre d’un voyage d’études et de découvertes, à organiser avec l’ACEVE ! Chiche !

RENOVATION D ’UNE MAISON H.L.M. CONSTRUITE EN 1974


Témoignage : "Pour des raisons d’accessibilité handicap, nous avons fait d’importants travaux dans notre maison en 2007. C’était l’occasion de revoir l’aménagement tout en procédant de manière écologique"


MaisonHLM
Les conditions de réalisation

  •  Par chance, la maison étant bien orientée nous avons fait poser des panneaux photovoltaïques d’une part et des panneaux thermiques pour l’eau chaude d’autre part (subvention à hauteur de 75 % (ADEME+crédit d’impôt+ANAH)).
  •  Ne pouvant mettre un chauffage solaire, nous avons remplacé notre chaudière par une chaudière gaz à condensation (Subvention de 40 %).
  •  Nous avons fait abattre un mur de soutien, ce qui améliore la circulation en fauteuil roulant et l’ensoleillement du salon.
  •  Les vitres en mauvais état de la véranda ont été remplacées par un triple vitrage tout en gardant le bois des fenêtres, ce qui a permis de conserver le charme de la véranda d’origine.
  •  L’isolation de la toiture a été faite en partie avec du chanvre et en partie avec de la ouate de cellulose.
  •  Les cloisons ont été refaites en briques plâtrières.
  •  Nous avons utilisé une peinture à base d’argile pour les pièces communes. Un des avantages de cette peinture est d’absorber l’humidité ambiante.
  •  Nous envisageons ultérieurement une isolation par l’extérieur.
    Cette rénovation a vraiment amélioré notre vie quotidienne grâce au bien-être ressenti dans un logement plus lumineux, moins sujet aux variations de température et moins humide, sans parler des économies d’énergie.