Association pour la Cohérence Environnementale en ViennE
Penser globalement, agir localement



Accueil > Déchets > Réduire > Couches lavables

Couches lavables

les couches lavables ont bien changé.






Un peu avant l’arrivée de mon deuxième bébé et après avoir entendu parler des couches lavables, non pas celles de nos mères ou
nos grands-mères mais les « nouvelles générations », j’ai voulu en savoir un peu plus …
J’ai tout d’abord été frappée par les chiffres !






La consommation moyenne de couches par enfant peut être estimée ainsi :

à raison de 6 couches par jour pendant en moyenne 3 ans, un bébé utilise plus de 6 500 couches !
Le poids de ces couches jetables représente 1000 kg par enfant, soit une tonne !
Le nombre de litres d’eau utilisés pour produire une tonne de cellulose s’élève à 55 000 litres.
Sans oublier la consommation d’énergie nécessaire pour la fabrication et pour la destruction des couches jetables…
Quant au budget que cela représente pour la famille, on estime que le coût total des couches jetables pour un nourrisson jusqu’à ses 3 ans se situe entre 1300 et 2500 euros selon les marques.

La pollution engendrée par les couches jetables

Il faut une pleine tasse de pétrole brut pour fabriquer le plastique de chaque couche jetable. (1)
Une couche met entre 300 et 500 ans à se décomposer !
Les couches jetables enfouies dans le sol contaminent le sol et les nappes phréatiques.
La fabrication de couches jetables utilise 3,5 fois plus d’énergie, 8 fois plus de matières premières non-renouvelables et 90 fois plus de matières renouvelables que les couches lavables. (2)
Les couches jetables produisent 2,3 fois plus d’eaux usées (à l’étape de la production) et 60 fois plus de déchets solides que les couches lavables. (2)

Les couches jetables ne sont pas sans danger pour la santé des bébés

Elles ne sont soumises à aucun test ou contrôle indépendant (comme la plupart des produits mis sur le marché, notamment jouets, produits d’entretien et produits cosmétiques).
Néanmoins en plus de la pâte à bois et du plastique, elles contiennent :
- le polyacrylate de sodium (polymère absorbant). Ce produit a été retiré des tampons hygiéniques féminins en 1985 car associé au syndrome de choc toxique ;
- les parfums et autres produits chimiques agressifs pour la peau de bébé ;
- le benzol, produit cancérigène, découvert dans les couches en 1988 par Öko-Test ;
- le furane et la dioxine (découverts en 1989) issus du blanchiment au chlore, des substances cancérigènes à long terme. Les dioxines sont aussi impliquées dans des dérèglements hormonaux, des déficiences immunitaires, des troubles de la fertilité, des troubles du développement neurologique ;
- des composés organo-étain (découverts en 2000 par Greenpeace) en particulier le TBT (tributyle étain) polluant extrêmement toxique même en très faible concentration pour l’homme (système immunitaire
et hormonal) et l’environnement ;
- certains composés organiques volatils comme le toluène, l’éthylbenzène, le xylène et le dipentène. Ces substances peuvent provoquer de l’asthme.

Pourquoi ne pas tenter l’aventure des lavables ?

Pour une vingtaine de couches lavables, les prix oscillent selon les marques entre 300 et 500 € auxquels il faut ajouter le coût des lavages, environ 200 €. Soit 700 € au maximum, alors qu’on évalue à 1700 € en moyenne, l’achat des couches jetables. Les couches lavables peuvent être réutilisées pour le 2ème, voire le 3ème enfant.

Mon bilan

Cela fait bientôt un an et demi que j’utilise des couches lavables
et franchement, je ne trouve pas cela contraignant (le papa le pense
également !).
Concrètement : quand je change ma fille, je lui mets sa couche et une feuille de protection en papier biodégradable. S’il y a une selle, je la mets aux toilettes avec le papier biodégradable, je rince un peu la
couche sous l’eau puis je la mets dans un seau avec couvercle en attendant de la laver.
Donc, à part aller aux toilettes pour mettre le papier (30 secondes),
pas de différence avec une jetable. Ensuite, je lave les couches avec mon linge (le blanc) à 40° ou 60°.
Pas besoin d’aller au supermarché, de remplir le caddy de couches jetables, de les monter dans la salle de bain et de descendre la poubelle tous les jours. J’utilise 4-5 couches lavables par jour et une jetable
biodégradable pour la nuit. Pour les sorties, il suffit d’emmener un sac en plastique pour mettre la couche lavable souillée.

Quand j’en parle autour de moi, les gens sont un peu étonnés mais lorsque j énumère tous les avantages et le peu d’inconvénients
des couches lavables, ils réalisent que c’est intéressant de les utiliser, et ce, même en crèche ou chez la nounou.

Bref, une alternative à encourager aussi bien pour des raisons écologiques, de santé que pour des raisons financières.

Où les acheter ?
www.monde-de-bebe.com/
www.maman-nature.com
www.laudamay.com/www.bebe-au-naturel.com
Pour les faire soi-même :http://larbreabebes.free.fr/
Pour les louer : www.maternerbio.com


Sources : (1) http://www.wen.org.uk, (2) http://www.
bestfootforward.com & (3) ACTESanté.

Dans la même rubrique